Appel à mobilisation du 31 janvier

Date : vendredi 27 janvier 2023 - Catégorie : Interco 29 - Vues : 532

REFORME DES RETRAITES

C’EST TOUJOURS NON !

Nous étions 1,8 MILLION dans les rues de France, en métropole et outre-mer, ce 19 janvier, pour affirmer notre refus du report de l’âge légal de départ à la retraite.

La CFDT l’a toujours dit : c’est la mesure la plus injuste. Les travailleurs et travailleuses le disent également.

LA MOBILISATION CONTINUE !
RENDEZ-VOUS MASSIVEMENT LE 31 JANVIER

Brest, Place de la liberté à 10h30
Carhaix, Maison des syndicats à 10h30
Morlaix, Place Edmond Puyo à 11h
Quimper, Place de la résistance à 10h30
Quimperlé, Parc du Bel Air à 10h30

Soyons plus nombreuses et nombreux encore pour faire reculer le gouvernement.

  

Report de l’âge légal de départ à la retraite : pour la CFDT, cela a toujours été et est toujours NON

  • Repousser l’âge de départ légal à la retraite à 64 ans est une mesure profondément injuste ! Elle l’est encore plus pour celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, car ils devront continuer à travailler même s’ils ont cotisé assez d’années.
  • Elle l’est aussi pour celles et ceux qui rencontrent des difficultés à se maintenir en emploi ou qui ont des métiers pénibles : ils risquent de s’épuiser davantage. Elle l’est enfin pour celles et ceux qui ne sont déjà plus en emploi, et qui sont, de fait, maintenus dans cette situation.
  • Passer la retraite à 64 ans, c’est pénaliser en premier lieu les travailleurs et travailleuses dits de la deuxième ligne qui ont permis au pays de tenir lors de la crise du Covid-19 !

LA CFDT REVENDIQUE

  • Garantir un minimum décent des pensions (au minimum indexé au niveau du SMIC)
  • Prendre en compte de la pénibilité dans l’âge de départ à la retraite
  • Maintenir le dispositif carrières longues pour permettre aux personnes ayant commencé à travailler plus tôt, de partir plus tôt à la retraite.
  • Intégrer des questions d’égalité femmes/hommes, pour l’instant non prise en compte dans la réforme des retraites
  • Mettre en place un Compte épargne temps universel (Cetu)
  • Améliorer le maintien dans l’emploi des plus de 55 ans
  • Harmoniser les dispositifs pénibilité et reconnaitre la pénibilité des métiers de la fonction publique territoriale
  • Créer un dispositif carrières pénibles comme le dispositif carrières longues Assurer une meilleure prise en compte des carrières mixtes (public/privé) Créer un Fonds dédié à la prévention de l’usure professionnelle
  • Permettre aux agents territoriaux en invalidité de continuer à cotiser
    jusqu’à l’âge de départ en retraite (comme dans le privé)
  • Augmenter les contributions employeurs
  • Obliger juridiquement la régularisation pour les collectivités qui aujourd’hui ne payent pas leurs contributions retraites

RÉFORME DES RETRAITES : qu’est-ce que ça change ?

POUR LES SALARIÉS ET LES AGENTS RELEVANT DU RÉGIME GÉNÉRAL

  • Salariés du privé et agents publics contractuels où à moins de 80%
  • Travailler 2 ans de plus
  • Celles et ceux qui commencé à travailler à 20 ans vont cotiser 44 ans (au lieu de 43)
  • Celles et ceux en carrières longues vont travailler 2 ans de plus (arrêt 62 ans)
  • Les trimestres acquis au titre de la maternité n’avancent pas l’âge de départ en retraite
  • Retraite minimale uniquement pour les carrières complètes (et ce sont essentiellement les femmes qui subissent des carrières incomplètes)

POUR LES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX ET DE L’ÉTAT Affiliés de la caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) et régime retraite de l’État

  • L apénibilité n’est reconnue que pour les catégories actives, alors qu’elle existe aussi dans d’autres métiers
  • Même les carrières actives travailleront 2 ans de plus alors que leurs conditions de travail ne seront pas améliorées : policiers, sapeurs-pompiers, personnel pénitentiaire, auxiliaires de soin, etc.

pdfTélécharge le tract

Accède à la pétition en ligne en cliquant sur ce lien