Le département au bord de la banqueroute

Date : mercredi 19 juin 2024 - Catégorie : Conseil départemental - Vues : 721

Qui tombe à l’eau, les usagers ou les agents ?

Le Président du Département a informé les agents et les syndicats : les recettes diminuent tandis que les dépenses augmentent, l’année prochaine c’est la banqueroute. D’autres départements y sont déjà.

Alors il faut se serrer la ceinture.

La solution : faire sortir les usagers des dispositifs d’aides du département et les renvoyer sur autre chose, ailleurs, ou les mettre au travail ! Avec quels moyens d’insertion pour les personnes éloignées de l’emploi ? Si le bénéficiaire du RSA ne vient pas à son rendez-vous, sans excuse « valable», l’agent du département doit engager une procédure de suspension. Ces procédures de suspensions peuvent mettre les bénéficiaires en plus grande précarité. Le travailleur social devient un contrôleur ! Vous avez dit perte de sens ?

Pour l’enfance en danger, le Département va « déflationner les placements ». Joli terme ! Les places d’accueil étant insuffisantes, les enfants devront rester dans leurs lieux maltraitants. Mais la prévention et l’intervention à domicile passent par des moyens ! Il faudra convaincre les juges pour enfants de renoncer aux placements. Et le projet pour l’enfant où est-il ?

Le Président l’a bien dit, seul le résultat compte ! Mais le travail social n’est pas un rapport qualité/prix !

Moins de dépenses pour le RSA ou l’enfance en danger, autant d’économies pour mieux communiquer ! Ah qu’il est beau le bateau de « tout commence en Finistère », qu’ils sont de bon alliage les panneaux routiers de la flamme olympique, tandis que les agents du département rament et rament sur leurs petits radeaux auprès des usagers, dans les tempêtes des réorganisations permanentes et des moyens contraints !

Et les contractuels embauchés sur des contrats précaires qui viennent en remplacement, si et seulement si, on pense que votre poste le mérite vraiment ! Petits contrats de 1 à 3 mois, réponses tardives sur leurs prolongations, congés à prendre au fil de l’eau. De quoi les agents pourraient-ils se plaindre ?

Pour la CFDT il faut :

  • Respecter le travail social et ses agents,
  • Stopper les réorganisations (moratoire),
  • Remplacer systématiquement avec la création de pools de remplacements et des contractuels en contrats longue durée,
  • Valoriser l’accueil du 1er et 2ème enfant pour que de nouvelles personnes puissent se lancer dans le métier d’assistant familial .

pdfTélécharger le tract