Réforme des modes d'accueil petite enfance

Date : mercredi 31 mars 2021 - Catégorie : Quimper - Vues : 907

Mobilisation des professionnels de la petite enfance

Le 30 mars 2021, à l’appel de la CFDT, les agents de la petite enfance de QBO se sont mobilisés devant le multi-accueil Les Petits Mousses à Quimper pour défendre leurs conditions de travail et la qualité du mode d'accueil des jeunes enfants. Philippe Scarfogliero, en charge du secteur petite enfance à la fédération Interco CFDT, s'est joint à la mobilisation. (Voir vidéo)

La CFDT revendique des avancées au sujet des conditions d’évolution des modes de garde de la petite enfance. Les décisions gouvernementales, concernant les conditions d’accueil dans les établissements du jeune enfant, ne sont pas satisfaisantes.

Les projets de décrets et d’ordonnances, sur le cadre normatif applicable aux modes d’accueil du jeune enfant, en référence à la loi ASAP dans son article 36, ne prend pas en compte les revendications CFDT pour un accueil de qualité pour l’enfant et ses parents. Les professionnels et leurs organisations, pourtant associés aux concertations, se trouvent très partiellement, entendus.

La CFDT ne peut pas accepter :

  • Possibilité d'accueillir six bébés par adulte en crèche (au lieu de cinq aujourd’hui).
  • Une demi-heure par mois de temps d’analyse, alors que le nombre d’enfants accueillis et le travail de soutien à la parentalité méritent tellement mieux !
  • Des espaces d’accueil réduits dans les zones les plus densément peuplées, là où justement l’espace manque pour tous, confinement à tous les étages !
  • Calcul du ratio de professionnels qualifiés (40/60 en moyenne annuelle) et non reconnaissance de l’évolution des diplômes.

La CFDT revendique :

  • Un ratio personnels diplômé·e·s se rapprochant au plus près des préconisations du rapport des “1 000 premiers jours” ;
  • La reconnaissance en catégorie A type, pour les EJE et les Infirmiers ;
  • La reconnaissance au niveau BAC pour les auxiliaires de puericulture, ouvrant l’accès à la catégorie B de la fonction publique ;
  • La reconnaissance du diplôme CAP accompagnant éducatif petite enfance ;
  • La reconnaissance du rôle des assistants maternels, avec des contrats de travail unifiés et un véritable déroulement de carrière.

Les trois prochains mois doivent permettre des modifications essentielles pour que cette réforme retrouve un juste équilibre.